Vous êtes ici

Recherche dans les textes de "À lire pour vivre"

2017-B-Mt 9, 35-10, 6-8 - samedi 1ière semaine AVENT-un temps de sérendipité

Année B: samedi de la 1iere semaine AVENT (litba01s.17)

Matthieu 9, 35-10, 6-8 : et si l’avent était un temps de sérendipité ? 

Voir la terre paisible du point de vue de Dieu. C’est l’émerveillement que les astronautes de la Station spatiale internationale ont confié au pape le 26 octobre dernier. Et la conclusion de l’astronaute italien devrait accompagner tous les envoyés de Jésus : je vous remercie d’avoir été avec nous, de nous avoir conduits plus haut, de nous avoir sortis de cette mécanique quotidienne, de nous avoir fait penser à des choses plus grandes que nous.

Regarder la terre du point de  vue  de Dieu et savoir le remercier de nous appeler à nous élever hors de cette mécanique quotidienne et de penser à des choses plus grandes que nous, c’est la mission que Jésus aujourd’hui nous confie. À l’heure du tournant missionnaire, envisager la question de la mission dans une perspective différente peut rendre méconnaissable quelque chose d'accoutumé (astronaute dans la Station spatiale). Jésus a rendu méconnaissable la manière de pratiquer la religion de son temps. Il a élevé les regards sur une bonne nouvelle plutôt que sur une bonne pratique morale de la religion. 

Ce qui nous est familier, c’est Jésus. C’est ce que nous avons toujours fait pour faire connaître son évangile.  Mais nous pouvons rendre méconnaissable ce Jésus qui nous est familier par une pastorale de conservation, de non-naissance à la nouveauté toujours actuelle. Les questions posées par le pape dans son entretien avec les cosmonautes sont des questions qui élèvent nos regards.  Des questions pour ce temps de l’avent. Elles devraient orienter la mission de tout évangélisateur. D’où venons-nous ? Où allons-nous ? À la lumière de vos expériences dans l’espace, quelle est votre pensée sur la place de l’homme dans l’univers ? Ces questions ne sont pas  à éviter à l’heure de la priorité de la technique, du progrès au détriment de l’humain.

Ce temps liturgique élève nos regards sur autre chose. C’est ce qu’on peut appeler le temps de la sérendipité. C'est à dire avoir la surprise de découvrir autre chose que ce que nous attendions et que le prophète Isaïe décrivait dans des mots à faire rêver. Voici le chemin, prends-le. Moïse au buisson ardent a découvert autre chose que ce qu’il cherchait. Tobie ne savait pas que son compagnon de voyage, qui lui suggérait Sara pour épouse, était un ange, Raphaël, envoyé par Dieu.

La bible déborde d’expériences fortuites de rencontre avec Dieu, de découvertes inattendues à la condition de sortir des sentiers battus.  Les découvertes scientifiques sont souvent des surprises inattendues. Par hasard, on découvre qu’un médicament devant soulager telle maladie est plus efficace pour une autre. La vie de Juan Diego (issu de basses conditions sociales) fut de découvrir autre chose dont il ignorait même l’existence.

Dans un gazouillis (tweet) récent (30/10/17), reprenant ce qu’il avait déjà exprimé à des jeunes, le pape écrivait: surtout, rêve ! N’aie pas peur de rêver. Rêve ! Rêve un monde qui ne se voit pas encore, mais qui arrivera certainement. Un astronaute avait cette réflexion qui nous fait entrevoir ce que dit le temps de l’avent : nous voyons ici la paix et la sérénité de notre planète [...] il n’y a pas de mur, pas de conflit, c’est juste paisible […] si plus de personnes [pouvaient] voir cette perspective […] peut-être l’avenir de l’humanité sera-t-il bien meilleur que ce que nous avons aujourd’hui. Voir venir Jésus, notre humanité serait bien meilleure.

Oui, Dieu a un plan pour l’humanité que l’astronaute russe, de sa station spatiale, exprimait ainsi : les gens ne peuvent pas venir ici et voir la beauté indescriptible de notre Terre sans être touchés dans leur âme. Le Messie qui vient nous offre une beauté inattendue.

À votre contemplation, je reprends ces mots d’une catéchèse du pape sur l’espérance le 20 septembre dernier : apprends de la merveille, cultive l’étonnement. Vis, aime, rêve et crois. Et, avec la grâce de Dieu, ne désespère jamais. Amen.

Évangile: 
Année: 
Pérode: 
Date: 
novembre, 2017

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.